L'article

Bouillants pour Jesus dans une ville de Siberie

Bouillants pour Jesus dans une ville de Siberie
 
19.12.17 - Lauréates du prix de journalisme d'Alliance Presse, deux journalistes se sont rendues à Krasnoïarsk, en Sibérie, pour voir comment vivent les jeunes chrétiens. Elles ont rencontré des gens ultra motivés à partager la bonne nouvelle!
Ils peuvent avoir l’air froid au début, mais les jeunes russes sont bouillants au fond d’eux. A l’Eglise du Christ ressuscité, dans la grande ville de Krasnoïarsk, en Sibérie, ils consacrent une large partie de leurs activités de groupe à l’évangélisation. Au sein de la communauté, c’est un domaine tout nouveau mais en moins d’un an, il est passé de quatre à une quinzaine de personnes grâce à un parcours Alpha (un cours de découverte des bases de la foi chrétienne).

Alex, le responsable, rêve de trouver désormais un lieu de culte pour se réunir chaque semaine.
En attendant, les amis d'Alex se retrouvent dans les maisons ou louent un «anti-café» - un lieu où on ne paie pas sa consommation mais le temps qu’on y passe. Ce soir, ce sera 500 roubles (7,5 euros) pour l’ensemble du groupe pour deux heures. «Mais le vrai défi aujourd’hui, c’est Krasnoïarsk et comment prêcher l’Evangile aux gens», lance Alex. Son ambition est à la hauteur des besoins qu’il sent, entend, capte dans la société. Les sorties dans la rue sont régulières pour aller aborder des gens. «Chaque fois, je prends un des jeunes avec moi», explique Alex.

En effet, l’idée est de former des jeunes qui à leur tour prendront des responsabilités au sein du groupe et pour l’évangélisation. Pourquoi ce domaine leur tient-il autant à cœur? «A Krasnoïarsk, beaucoup de jeunes sont liés aux sciences occultes. Pendant le cours Alpha, une personne a commencé à subir des attaques vraisemblablement démoniaques. Une fille prédisait l’avenir et un jeune se prenait pour le messie. Plusieurs ont prié avec le pasteur, ont reconnu leurs erreurs dans la vie et ont reçu la délivrance», témoigne Alex.

Toujours de nouveaux projets
Le contexte historique et religieux de la Russie laisse une place étonnante à la spiritualité, si on compare avec ce qui se passe en Europe francophone. Mais les protestants sont moins bien considérés que les orthodoxes et, si la population est spirituellement ouverte -parfois au point de banaliser l’occultisme- elle reste méfiante à l’égard des Eglises protestantes.

Aussi, pour dépasser les réticences et les préjugés, Alex fourmille de projets pour toucher les jeunes: organiser un jeu de piste dans toute la ville, avec un prix à remporter, créer un mini-talkshow pour discuter de Dieu, aborder des thèmes chrétiens et partager l’Evangile. Bien sûr, il insiste aussi sur l’importance de continuer à travailler avec les personnes qui ont nouvellement rejoint le groupe. Il ne s’agit pas de croire que tout est acquis.

Envoyées spéciales à Krasnoïarsk, Claire Bernole et Joëlle Anjara

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

Le leader encouragé par son père

Alex, le leader du groupe de jeunes, a 25 ans. Il est marié depuis déjà cinq ans avec Nastia. A son allure dégagée et à son look, on n’est pas étonné d’apprendre qu’il est décorateur d’intérieur. Mais avant de trouver sa vocation d’artiste, Alex a connu bien des galères…

Il découvre Jésus quand il a 15 ans, par le biais de son père. Une rencontre inattendue, car ce dernier avait des problèmes avec l’alcool. «Il était toujours en conflit avec ma mère, à cause de cela. Jusqu’au moment où ils ont divorcé», raconte Alex. C’est alors que son père fait la connaissance de chrétiens et se met à discuter avec eux. Il arrête de fumer et de boire. Sa vie change, il se fait baptiser.

Six mois après, Alex accepte de se rendre dans son Eglise et de voir par lui-même d’où vient la transformation de son père. «Je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer car j’ai véritablement fait l’expérience de Dieu. J’ai appelé mon père et nous avons prié ensemble», se souvient-il. Encore six mois plus tard, Alex s’inscrit dans un camp sportif chrétien. «Quand je suis revenu, mes parents s’étaient réconciliés», confie-t-il dans un sourire encore étonné.

Son attitude à lui évolue aussi. Alors que son comportement à l’école laissait à désirer, il se calme peu à peu. Un changement qui ne s’est pas fait du jour au lendemain, mais qui a bel et bien eu lieu! Après sa conversion personnelle, Alex rêve de se mettre au service des jeunes. Le pasteur de l’Eglise qu’il fréquente, à Kansk, sa ville d’origine, lui propose de devenir responsable jeunesse. Aujourd’hui, c’est un jeune motivé et heureux de vivre, qui s’investit au sein de l’Eglise du Christ ressuscité, à Krasnoïarsk.
 

x