L'article

Il a tout quitté pour faire la noce au Brésil

Il a tout quitté pour faire la noce au Brésil
 
25.03.13 - Jonathan, qui s’oriente vers la musique hip-hop rock et la production de vidéos, joue le personnage principal d’un clip publié sur Youtube. Une musique et un message qui assurent.
Un jour, il pète un câble. Il «emprunte» la carte de crédit de son père, quitte sa famille en laissant juste un mot sur la table de la cuisine et prend l’avion jusqu’à l’autre bout du monde. Pour oublier ses difficultés et tout recommencer. «Il», c’est le personnage fictif interprété par Jonathan, 24 ans, dans un clip qui rencontre un joli succès sur Youtube.
Intitulé Il y a toujours quelqu’un, ce montage vidéo est une version moderne de la parabole du fils prodigue. Notre «héros» se retrouve au Brésil, à patauger dans les drogues, le sexe, tout ce qu’il trouve pour oublier. La belle vie? Pas tant que ça… «J’en peux plus tellement je souffre, je replonge dans l’enfer, plus rien n’a de sens et mon cas est une urgence», rappe ce jeune homme égaré. La suite de l’histoire est prévisible, mais émouvante et décrite avec brio.

Jonathan et son père, Philippe Decourroux, ont produit ici un clip musicalement excellent, servi par des images prenantes.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Un tournage dangereux

Jonathan n’a pas toujours fait le malin lors du tournage: «Ce premier clip a été pour moi une expérience marquante. En choisissant une ville du Brésil (Recife) comme lieu de tournage, nous avons pris de gros risques, notamment celui de tourner en pleine nuit dans une favela où même la police ne met pas les pieds. Nous avons vu Dieu agir tout au long de ce projet.»
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x