L'article

La prédestination pour les nuls

La prédestination pour les nuls
 
12.09.17 - La prédestination, késako? Aurions-nous une destinée définie à l’avance par Dieu?
La prédestination, c’est un concept théologique selon lequel Dieu aurait choisi de toute éternité ceux qui seront graciés et qui auront droit à la vie éternelle. Dans la Bible, plusieurs textes abordent cette question. Et dans l’histoire de l’Église, deux positions théologiques coexistent: celle d’Augustin reprise et développée par Jean Calvin, et celle de Jacob Arminius.

Les calvinistes
Jean Calvin affirme que Dieu est souverain et que c’est lui qui a choisi avant la fondation du monde qui sera sauvé.
Dieu accorde la grâce du salut en Jésus-Christ aux élus. Pour le recevoir, l’élu a besoin d’entendre la prédication de la Bonne nouvelle et avec l’aide du Saint-Esprit, y répondre positivement pour être sauvé. Le texte d’Ephésiens 1, 4-6 est souvent cité par les calvinistes: «En lui, Dieu nous a choisis avant la création du monde pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. Dans son amour, il nous a prédestinés à être ses enfants adoptifs par Jésus-Christ. C’est ce qu’il a voulu, dans sa bienveillance, pour que nous célébrions la gloire de sa grâce, dont il nous a comblés dans le bien-aimé.» C’est rassurant de savoir que Dieu a prévu notre élection et notre salut avant notre naissance! Notre responsabilité, c’est de recevoir ce cadeau immérité et de vivre dans l’obéissance et la foi.

Les arminiens
De l’autre côté, les arminiens pensent que Jésus est mort pour sauver toute l’humanité. Ils s’appuient sur d’autres versets tels que Jean 3, 16 et 1 Timothée 2, 3-4 qui parlent du salut offert à tous. Selon eux, Dieu sait à l’avance qui sera sauvé, c’est-à-dire qui va se convertir. Il parle de la pré-connaissance de Dieu. Le pécheur a besoin du Saint-Esprit pour restaurer son libre choix et décider s’il veut coopérer avec la grâce ou y résister.
Mais peut-on aller jusqu’à penser que Dieu a choisi de ne pas en sauver certains? Il semble que la Bible présente les choses autrement. Elle annonce clairement le jugement et la perdition pour ceux qui refusent le salut offert. La parabole du festin des noces (Matthieu 22, 1-14) se termine par «beaucoup sont appelé mais peu sont élus.» Dieu appelle la multitude mais peu accepte l’invitation d’entrer dans son royaume. C’est le refus de l’homme qui le prive de la grâce.

Dans le livre «Pour une foi réfléchie», les auteurs concluent en disant que la mort du Christ est toute suffisante pour nous sauver. Dieu ne nous demande pas de savoir qui sera sauvé, mais d’annoncer l’Évangile à tous! Lui s’occupe du reste.

Par Myriam Matthey

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © istockphoto
 

x