L'article

S’abandonner à Dieu

S’abandonner à Dieu
 
12.09.17 - Dans une société où l’humain souhaite tout maîtriser et tout contrôler, il est bon de s’abandonner à Dieu.

Découvre les autres articles de ce dossier sur le "lâcher prise".
Notre avion devait décoller à 11h. Quel choc en découvrant que notre vol était annulé et que la compagnie nous en proposait un autre qu'à 21h30! Dans ce genre de situation, on peut soit se laisser gagner par la contrariété, soit accepter ce changement en se rappelant que «toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu» (Rom 8, 28).
Au cours de la journée, j'ai alterné entre ces deux attitudes. La compagnie a évoqué un problème technique, certains voyageurs une annulation parce que l'avion n'était pas rempli.

Même si nous ne saurons jamais la raison, Dieu la connaît. Qui sait si ce contre-temps ne nous a pas protégé d'un accident? Ceci dit, il n'est pas toujours facile d'abandonner à Dieu nos projets, nos programmes, nos solutions lorsque les choses ne se passent pas comme on l'espérait. Trois clés.

Clé 1: Lâcher prise, c'est faire confiance
«Le Seigneur nous invite à lui faire confiance, même pour les choses pour lesquelles nous croyons qu'il est normal de s'inquiéter. Le fait de s'inquiéter ne peut pas changer notre situation et ne nous apporte strictement rien», affirme le pasteur Patrice Martorano dans un message online. «Quand vous lâchez prise, les défis de votre existence ne disparaissent pas d'un coup de baguette magique mais ils perdent leur emprise sur vous, ils ne vous oppressent plus», poursuit-il. Il résume: faire confiance à Dieu, c'est croire qu'il n'y a pas meilleur que lui pour trouver la meilleure solution. Toutefois, s'attendre à Dieu ne signifie pas se tourner les pouces. Nous avons aussi notre part à faire, à commencer par prier et faire les démarches qui sont dans nos cordes. «Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le» (Ecclésiaste 9, 10).

Clé 2: Lâcher prise, c'est rester à sa juste place
Lâcher prise, c'est reconnaître nos limites humaines face à un Dieu infini. «Car mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas mes voies», lit-on dans Esaïe 55, 8. A l'instar des Hébreux qui ont zigzagué dans le désert pour arriver à Canaan, le chemin que Dieu nous fait emprunter ne sera pas toujours rectiligne, explicite le pasteur Martorano, et ceci même si on est dans la volonté de Dieu: «Il nous conduit parfois délibérément sur un chemin en zigzag vers l'accomplissement de ses bons plans. Pourquoi? Parce qu'il est en train de travailler nos cœurs, nos caractères, nos pensées. Son désir est que le jour où nous atteindrons le point B, nous soyons prêts.» Par ailleurs, Dieu voit les pièges et obstacles dont nous n'avons pas conscience (Exode 13, 17).

Clé 3 : Lâcher prise, c'est renoncer à ce qui nous retient d'avancer
Lâcher prise implique parfois de renoncer à des habitudes ou des choses du passé qui nous empêchent d'avancer dans notre vie spirituelle (regrets, déception, relation sentimentale etc). «Pour saisir la main de Dieu, vous devez d'abord ouvrir la vôtre. Etes-vous prêts à lâcher prise afin de vivre différemment?» questionne Patrice Martorano: «Imitez l'arbre fruitier: une fois que son fruit est arrivé à terme, il le laisse tomber. Vous êtes conçu pour vous séparer de ce qui a fait son temps. Ne gardez pas des poids morts qui vous empêchent de vivre.»

Par Sandrine Roulet

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © istockphoto
 

x