L'article

Un bol d’air pour les autres

Un bol d’air pour les autres
 
12.09.17 - De manière consciente ou inconsciente, on est parfois très exigeant avec les autres. Au point à en faire souffrir nos relations amoureuses, amicales et familiales. Voyons comment éviter cela.

Découvre les autres articles de ce dossier sur le "lâcher prise".
Thalia le sait: dans la vie de tous les jours, elle est exigeante envers elle-même. Et du coup, elle attend aussi beaucoup des autres. Dans quelques jours c’est son anniversaire, et pas n’importe lequel: elle va avoir 20 ans!
Au fond d’elle-même, elle espère que ses parents vont marquer le coup avec son repas favori, que ses amies lui feront LA surprise en organisant une soirée d’anniversaire, que son petit copain trouvera les mots en lui écrivant un joli message pour l’occasion… Oui, simplement parce qu’elle a besoin de se sentir aimée.

Mais voilà que, le jour J ne se déroule pas tout à fait comme «prévu»… Des gestes d’amour, il y en a pourtant.
Des tonnes. Mais alors qu’est ce qui cloche?

Au quotidien
Ce genre de situation est semblable à beaucoup de moments quotidiens. Si toi aussi tu sais que tu es assez exigent, tu te rendras rapidement compte qu’il ne suffit pas que d’un anniversaire pour attendre beaucoup des autres. Cela se passe dans notre vie de tous les jours. D’ailleurs, ce sont généralement les personnes les plus proches qui entendent nos déceptions ou qui récoltent nos frustrations et sur qui la pression repose le plus.

Libres de vivre
Les proches de Thalia ont prouvé, à leur manière, que ces 20 années de vie étaient dignes d’être fêtées. Certains ont exprimé leur joie de la connaître par de multiples façons. Ce fut leur montrer leur amour pour elle. Cela aurait dû être suffisant n’est-ce pas? C'est oublier que notre entourage ne «parle» pas toujours le même langage d’amour que nous!
En fonction de leur personnalité, de leur façon de s’exprimer mais aussi de la période de vie qu’ils traversent, des émotions ressenties, on n'est pas non plus toujours au top. Une exigence trop forte étouffe les autres. Elle leur enlève l’entière liberté d’être eux-mêmes, de vivre et d’aimer dans la spontanéité.

Satisfaits dans l’imperfection
Bien sûr, les relations demandent quelques sacrifices. Elles attendent des gestes volontaires et intentionnels de la part de l’autre. Sachons dire ce que nous aurions besoin. Un soutien? Quelques mots d’encouragements? Des gestes réconfortants? Il faut parfois le dire. Mais surtout: cultivons la reconnaissance.
Réalisons que nos amis, nos collègues et notre famille font généralement tout ce qu’ils peuvent pour essayer de nous aimer en faisant le chemin de la vie à nos côtés.
Rappelons-nous qu’ils ont eux aussi des embûches, des coups durs et que nous ne sommes pas dans leurs baskets. Prenons en compte la personnalité et la situation d’une personne et sa différence, avant de nous impatienter. Chacun de nous dans notre imperfection avons le droit à un peu de grâce…

Par Joëlle Lehmann

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © istockphoto
 

x